Rando Val
Club de Randonnée Pédestre de Puy-l’Evêque (46)

Accueil > Programme et album > Album > 7 août, circuit du Lissourgues.

7 août, circuit du Lissourgues.

Par cette belle matinée estivale, 11 randovaliens quittent le village de Sauzet pour une randonnée qui s’annonce agréable. Sur une petite place longeant le « Clos Rességuier », une croix de rogations couverte de lichens mais encore bien droite nous indique que nous devons emprunter la route en contrebas sur notre droite. Symbole du petit patrimoine, cette croix évoque le temps où le clergé jouait un rôle protecteur dans ce milieu rural. Des invocations se déroulaient pendant les 3 jours qui précédaient l’Ascension et pour la St Marc (le 25 avril). Ces jours-là, le prêtre bénissait les champs et demandait les grâces nécessaires afin que chaque foyer obtienne de bonnes récoltes. Chaque propriétaire de croix garnissait celle-ci de fleurs, de cierges, d’une coupe d’eau bénite… Souvent le prêtre recevait comme offrande des dons en nature, généralement des fruits. Cette coutume disparut au milieu du XXème siècle.
Après avoir longé des parcelles du vignoble de Cahors, nous nous engageons sur un chemin de campagne qui descend vers la Combe de Fau. Grâce aux noisetiers, érables et chênes qui forment souvent une voûte si agréable au cœur de l’été, nous cheminons entre prairies et bosquets. Le temps semble s’être arrêté et le silence n’est interrompu que par les conversations et les rires des uns et des autres. Plus bas, nous atteignons les Fontanelles (petites fontaines) mais pas la moindre goutte d’eau ! La canicule a tari le moindre ru, la moindre rigole !!!
Au fond du vallon, nous atteignons la D 87 que nous longeons avant de nous engager à gauche sur un beau chemin qui longe le Lissourgues (« sourgo » : source), ruisseau qui prend sa source au sud de Sauzet et se jette dans le Lot au niveau de Belaye (10,5km de cours). Dès les premiers pas, nous ne percevons ni sautillement ni glougloutement…on ne l’entend plus, lui, si vivant et si généreux habituellement …A une époque, il alimentait 8 moulins ; sur notre circuit nous découvrons le « moulin Bas » décoré de « cordes » en bois sculpté et d’œuvres personnalisées. Plus loin, l’ « Ancien moulin » abrité au milieu d’une belle végétation est lui aussi occupé. Ces bâtisses restent deux témoins du temps où la nature semblait essentielle à la vie …
Sur notre gauche, un petit chemin bordé de murets en pierres sèches nous conduit sur le plateau calcaire où poussent des chênes et une végétation plus sèche. De là, sur un versant boisé s’impose le hameau du Vert, juché au-dessus de la vallée du Lissourgues tel une sentinelle. Plus haut, au milieu de la pierraille, des vignes occupent les coteaux qui descendent vers Carnac (commune de Carnac- Rouffiac). Curieux, nous descendons jusqu’au village où les maisons en pierres blanches attestent que nous sommes en Quercy Blanc. Son église fortifiée dédiée à Notre-Dame de l’Assomption s’impose avec sa tour majestueuse. D’abord possession du chapitre de la cathédrale de Cahors en 1135, la paroisse de Carnac est donnée par l’évêque Géraud à la commanderie des Templiers de Lacapelle- Livron (entre Quercy et Rouergue) puis revient aux Hospitaliers de St Jean de Jérusalem. Du XIIIème s (majeure partie de la nef et chapelle sud) jusqu’au XVIIème s, plusieurs campagnes de construction ont permis la réalisation de ce bel édifice. Le retable du maître-autel a fait l’objet d’une remarquable restauration (2016 - 2017).
Quittant les lieux, nous découvrons le petit cimetière blotti autour de l’édifice avec ses croix forgées, parfois inclinées et ses pierres tombales remarquables. Après ce moment particulier, nous repartons sur la route vers le château de Cavaillès puis la « galinière » de Laborie, cazelle étroite et basse où vivaient coqs, poules et poussins en toute liberté ( des gallinacés) ; chaque soir les enfants ramassaient les œufs et fermaient la porte de la cazelle. Peu à peu, nous approchons de Sauzet en passant devant « le puits du mas de Garrit » creusé au XVIIème s. Bien abrité au creux du chemin, résistera-t-il aux aménagements en cours si proches de là ?
Ainsi s’achève cette escapade entre vallons et plateaux qui a permis à chacun un moment d’évasion.

Portfolio

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © styleshout sous Licence Creative Commons Attribution 2.5 License